Shanghai veut limiter sa population et son expansion immobilière

Société | Publié le Mardi 26 Decembre 2017 à 17:19:15 | |
 
Shanghai veut limiter sa population et son expansion immobilière

Après Pékin, la capitale économique de la Chine a décidé de limiter sa population à 25 millions de résidents à l'horizon 2035. La municipalité s'engage aussi à être plus respectueuse de l'environnement.

 

Vitrine économique de la Chine, la métropole de Shanghai craint d'être victime de son succès et de sa croissance exponentielle. Et de contracter « la maladie des grandes villes », c'est-à-dire d'être dans une situation où elle devrait faire face à la fois aux effets grandissants de la pollution, à une congestion de plus en plus importante de ses axes routiers et à une pénurie de services publics.

Pour tenter d'atténuer les effets de cette situation, la municipalité de la ville va donc appliquer  un plan de développement qui vient d'être accepté par le Conseil d'Etat.

« D'ici à 2035, la population de Shanghai sera contenue aux alentours de 25 millions d'habitants et la surface foncière disponible pour la construction ne dépassera pas 3.200 kilomètres carrés », explique sur son site Internet le Conseil d'Etat, qui encourage la municipalité à mieux utiliser les ressources foncières existantes pour mener à bien ce plan.

Un objectif des plus ambitieux si l'on garde en tête que, fin 2016, la métropole chinoise comptait déjà 24,15 millions d'habitants. Et que, à la même époque, la surface constructible disponible atteignait déjà les 3.124 kilomètres carrés.

Immeubles verts et zone historique

Dans le cadre de ce plan, les autorités de Shanghai s'engagent également à favoriser des constructions ayant un impact moindre sur l'environnement, et notamment les immeubles verts, qui sont plus respectueux de l'environnement.

Elles devront aussi redoubler d'efforts pour protéger et rénover ses quartiers et bâtiments historiques, rappelle le Conseil d'Etat. Ce qui vise implicitement la préservation de la maison qui abrita le 1er Congrès du Parti communiste, auquel assista le jeune Mao Zedong, le 23 juillet 1921.

Les autorités de Shanghai s'engagent aussi à mieux protéger l'environnement, notamment en surveillant de manière plus stricte la qualité de l'eau, du sol et de l'air. Et ce alors même que, selon l'agence environnementale de la ville, la qualité de l'air a été jugée bonne pendant seulement 276 jours en 2016 (contre 342 en 2012).

Pour cela, elles devront mettre la priorité sur le développement des transports publics, et notamment l'expansion du métro, qui compte déjà 364 stations et 588 kilomètres de lignes. Plus généralement, vu l'importance de la ville comme noeud de communication, « les routes, les chemins de fer, les aéroports et les ports devront être améliorés pour faciliter le transport régional  », explique encore le Conseil d'Etat.

Pékin limite aussi sa population

Shanghai n'est pas la première ville de Chine à annoncer des mesures destinées à limiter la croissance exponentielle de sa population. Le Conseil d'Etat a déjà approuvé des plans allant dans le même sens pour plusieurs autres métropoles chinoises.

Mais l'annonce la plus symbolique est venue de Pékin, qui a annoncé en septembre dernier son souhait de limiter sa population à 23 millions d'habitants à l'horizon 2020. Alors même que la capitale en affichait déjà 24,2 millions à la fin de 2016.

Une  décision qui a conduit les autorités chinoises à chasser de chez eux des dizaines de milliers de travailleurs migrants . Un scénario qui pourrait se reproduire à Shanghai, où 40 % de la population actuelle est composée de travailleurs migrants.


Source: Les Echos

 

Commentaires Facebook