Un archevêque interdit toute messe de requiem pour le Grand-Maître de la Franc-Maçonnerie décédé

Société | Publié le Mercredi 08 Fevrier 2017 à 15:51:48 | |
 
Un archevêque interdit toute messe de requiem pour le Grand-Maître de la Franc-Maçonnerie décédé

Les obsèques du Grand-Maître de la Franc-Maçonnerie ivoirienne ont débuté le 6 Février et se poursuivront jusqu’au 10 Février. Il a dirigé la Loge maçonnique ivoirienne durant 30 ans.

Un accident mortel

Clotaire Magloire Coffie de son nom est décédé le 29 Janvier dernier dans un accident de la circulation, sur l’axe Abidjan- Yamoussoukro. Il s’était rendu à Yamoussoukro pour la pose de la première pierre du Temple Paumelie Coffie. Lequel temple porte le nom de son frère, un des pontes de la GLCI décédé au dernier trimestre 2016. Ce temple doit abriter les ateliers et travaux de la province du centre, dont le grand maître est Alain-Richard Donwahi, le ministre de la Défense.

Après plusieurs décennies, Clotaire Magloire Coffie qu’on pensait inamovible  a passé la main en avril 2015, à Hamed Bakayoko, l’actuel ministre de l’Intérieur. Mais, il a gardé une grande influence sur la GLCI.

Opposition de l’Archevêque Jean-pierre Kutwa à célébrer ses obsèques

Le cardinal Jean-Pierre Kutwa, archevêque d’Abidjan, est resté ferme sur sa position en tenant compte de l’incompatibilité entre la religion catholique et la franc-maçonnerie. Et cela bien que l’ancien maître fût un catholique pratiquant assidu à la paroisse Notre-Dame-de-Bietry, dans le quartier de Marcory, au sud d’Abidjan. Jean Pierre Kutwa a par ailleurs demandé à Mgr Ziad Sacre, curé de la Mission catholique libanaise d’Abidjan, de ne pas célébrer une messe pour Michel Georges Ghorayed. Il était le compagnon de route de Magloire Coffie.

L’Eglise grecque orthodoxe finalement sollicitée

Finalement, c’est Jérémie Behanzin, le curé de l’Église grecque orthodoxe de Côte d’Ivoire qui a été sollicité.

Toute la hiérarchie de la GLCI était bien sûr présente, notamment le grand maître Hamed Bakayoko, ministre de la Sécurité. De même, Alain Donwahi, grand maître de la province du Grand centre et ministre de la Défense. D’autres responsables politiques comme le vice-président Daniel Kablan Duncan, originaire de la ville de Grand Bassam, étaient présents, tout comme Bruno Koné, le ministre de l’Économie numérique, l’ex-Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio, Charles Koffi Diby, président du Conseil économique, social et environnemental ou encore l’ex-première dame Henriette Konan Bedié, rapporte Jeune Afrique.

Commentaires Facebook