Un ghanéen qui torturait les migrants africains en Libye a été mis aux arrêts

Société | Publié le Mardi 21 Mars 2017 à 12:24:27 | |
 
Un ghanéen qui torturait les migrants africains en Libye a été mis aux arrêts

La police italienne a déclaré, le samedi 18 mars, avoir mis aux arrêts un ghanéen qui terrorisait les immigrants aux bords de la méditerrané, en Lybie. Il est poursuivi pour meurtre présumé, viol, enlèvement et trafic d’êtres humains. Les migrants qui l’ont accusé de mauvais traitements,  l’ont attaqué dans un centre d’accueil sur l’île méditerranéenne de Lampedusa, en Italie. 

Selon la police d’Agrigente (ville italienne), plusieurs migrants ont identifié ce jeune homme. Sam Erick Ackom, c’est son nom. C’est un ghanéen âgé de 20 ans. Celui-ci est accusé d’avoir violé plusieurs femmes , battu, brûlé ou administré des chocs électriques aux migrants qui  étaient gardés dans une «maison sûre» en Libye en attendant leur  passage en Italie.

Finalement, les migrants africains se sont retournés contre Sam Eric Ackom. Il est connu de ses assaillants comme Fanti, lorsqu’ils l’ont reconnu comme membre d’un gang qui les avait kidnappés et torturés en Libye. « Chaque fois que je devais appeler chez moi, Fanti m’a attaché  … et m’a battu avec un tube en caoutchouc sur  chaque partie de mon corps, en particulier la plante des pieds », a déclaré un migrant ivoirien.

 Ackom, qui est  en prison, est arrivé à Lampedusa le 5 mars après qu’un navire de sauvetage a secouru un   canot en caoutchouc  rempli de migrants africains.

Commentaires Facebook