Ainsi, souligne l’état-major,  les gendarmes, policiers, douaniers, agents des eaux et forêts et militaires désireux de se rendre au stade devront troquer leur tenue contre des habits de civil et se rendre aux guichets pour acheter un billet d’entrée.

Seules sont exemptées les forces de défense régulièrement désignées pour assurer la protection ou de secours à savoir la compagnie d’honneur, la fanfare militaire et les sapeurs pompiers, précise l’état-major.

L’objectif de cette mesure est d’éviter les débordements et les détournements des recettes du stade dont la responsabilité est souvent imputée aux forces de défense.

Non seulement des éléments des forces de sécurité ont l’habitude d’agir en supporters en envahissant l’aire de jeu pour manifester leur joie à chaque but marqué mais ils profitent de leur position pour faire entrer des supporters moyennant de l’argent qu’ils encaissent eux-mêmes.

Cette situation constitue un manque à gagner pour la fédération et est parfois source de pénalité infligée par la Confédération Africaine de Football à la la fédération centrafricaine.

Les équipes rwandaise et centrafricaine ont animé ce samedi une conférence de presse pour appeler la population à venir massivement au stade car le sport est un vecteur de paix et uni le peuple.

Elles ont souhaité que « le meilleur gagne » ce dimanche.

 

                                                                                 APA