VIIIè Jeux de la Francophonie: Les artistes très en colères contre Beugré Mambé

Sport | Publié le Lundi 03 Juillet 2017 à 12:57:21 | |
 

+ de Sport

VIIIè Jeux de la Francophonie: Les artistes très en colères contre Beugré Mambé

A quelques jours du début des VIIIè jeux de la Francophonie, organisés à Abidjan, il y’a problème. Les artistes ivoiriens sont très remontés contre le comité d’organisation de cet évènement. Pour cause, ils souhaitent recevoir le paiement de leurs droits d’auteurs relativement à l’exploitation de leurs œuvres avant et pendant le VIIIè jeux de la Francophonies. Les artistes réclament ainsi leurs dus à Beugré Mambé, le ministre en charge de l’organisation de cet évènement.

 

Ce samedi 1er juillet au siège du bureau ivoirien des droits d’auteurs (Burida), sis à Cocody les deux-plateaux, les artistes ivoiriens ont manifesté leur colère. Il était question d’une rencontre entre les artistes et la direction du Burida. Le thème tournait autour de la question du paiement des droits d’auteurs des sociétaires du Burida, relativement à l’exploitation de leurs œuvres avant et pendant le VIIIè jeux de la Francophonie, organisés à Abidjan.

« Nous avons produit récemment une déclaration relativement à des observations que nous avions faites par rapport à des droits qui ne sont pas payée. Depuis bientôt un an et demi que les jeux sont en marche, à travers une caravane dans la ville d’Abidjan où les œuvres des artistes sont utilisées, nous constations qu’aucun droit relatif à cet évènement n’est payé aux artistes », a déclaré Ahmed Souané, l’acteur principale de la série Dr Boris et porte-parole du collectif des artistes ivoiriens. 

Face à cette situation, Mme Irène Vieira, la directrice générale du Burida, a félicité les artistes ivoiriens, qui selon elle, connaissent de mieux en mieux leurs droits. Elle a également rassuré ces derniers sur la prise en compte de cette observation à l’égard du comité d’organisation des VIIè jeux de la Francophonie.

Seulement voilà, Mme Vieira a tenu à éclaircir les choses. « Une diffusion d’une œuvre dans le cadre de meeting politique ou d’autres rencontres politiques bien qu’elles soient politiques n’est pas exemptée de droit d’auteur », a-t-elle déclaré. Par ailleurs, le DG du Burida a reconnu la situation et promet l’amélioration des choses. Elle a également invité les artistes à éviter de vilipender, car une solution sera trouvée.

 

Par Christ Boli

Commentaires Facebook